Le monde se découvre à pied (à vélo pour les moins courageux)

Posted: under Australie.
Tags:

ombre australienne

ombre australienne

Fidèle à cette maxime, me voilà décidé à ressentir le « red center » par cette bucolique activité qu’est la marche. Direction les contreforts des MacDonnell Ranges par le Larapinta trail.

Renseignements pris, la liste des recommandations édictée par les gardes (« Rangers ») est disons…instructive :
– 8 litres d’eau par personne, considérant que les points d’eau sont espaces de 4h30 de marche et que la consommation est de 2l/h.
– ne pas marcher entre 10h et 16h. Faisable aussi. Suffit de se réveiller à 5h30 et décamper à 6h aux premières lueurs.
– ne pas marcher pendant la saison chaude. Ah !. On transgressera.
– partir à trois au minimum pour ne pas laisser un blessé seul. Bon. On dira que je ne suis pas le blessé.
– Par contre, j’ai pris soin de me faire enregistrer auprès des Rangers. Je prévois de terminer lundi soir et si je ne me « désenregistre » pas mardi, ils lancent les recherches. Cela me semble excessif, mais bon.

Vendredi matin, 6h, je trace la route du pied de l’hôtel en traversant Alice Springs. La rando est prévue pour 4 jours et 65 km.
Trois kilomètres plus loin, au vrai départ de la rando, le km zéro, une « ranger » me dit ; « You are crazy ! It’s too hot ! »

Ne pas s’alarmer. Sylvain Tesson explique dans son dernier livre que les locaux ne s’étonnent jamais que vous ayez parcouru 10 000 km avec une jambe de bois dans un lointain pays. Par contre, ils s’affoleront quand vous leur direz que vous voulez faire la même chose pour rejoindre la prochaine ville à 50 km. Suis-je clair ?
Jean-Pierre et Yolaine le confirment. (« On est allé de Grèce à Nantes en vélo » expliquent-ils à leurs interlocuteurs de Savenay (80 km de Nantes). « Et comment êtes-vous venus de Nantes ? » « En vélo » « En vélo !!!!!!!!!!!! »)

Revenons à mon Larapinta trail et allons droit au but.

Je partis pour une rando, je fis mon chemin de croix.

La chaleur d’abord. 40 degrés à l’ombre, c’est à l’ombre. Une lapalissade (j’en aurais bien eu besoin pour me protéger du soleil. Pardon, la chaleur me tape sur la carafe) me direz-vous, mais qu’on ne saisit vraiment qu’en marchant. Quand je vous parlais des vertus de la marche.

Ensuite, le sac fut ma croix. En chêne massif. La tente, le réchaud, bouffe pour trois jours et surtout ces saloperies de 8 litres d’eau.
C’est ça que je me dis après mes 5 heures de marche matinales. Enfin, me voilà arrivé à l’issue de ma première station, pardon étape. Je m’attends à trouver un petit coin ombragé de préférence au bord d’un point d’eau (apportez votre maillot de bain disaient le guide. L’hiver, oui), avec d’autres collègues. Erreur : d’eau, il n’y a que le réservoir en acier pour les marcheurs. L’ombre est maigre : un banc sous un toit.

Et surtout, il y a le clou (avec la croix, il faut les clous) : les MOUCHES. En marchant, c’est pénible, mais à l’arrêt, infernal. Elles te butinent, pénètrent les oreilles, bouffent les yeux. Il est 11h du mat. Je ne vais pas rester toute la journée dans ce trou a rat ! 16h, je reprends le sac pour m’enfiler la deuxième étape

J’arrive à la nuit tombée, en vrac. Je monte la tente et me retrouve face à une boite de thon en panne d’énergie. J’aimerais que cette boite s’ouvre toute seule. « Ouvre-toi, boite ! » Je la menace du regard, mais rien n’y fait. Nous restons ainsi à nous regarder, elle dans le blanc de mes yeux, moi dans le blanc de son thon, mais elle ne cède pas.
Le thon, c’est con, mais le thon blanc l’est tout autant. .

Quelques mots sur la nature, tout de même : c’est grandiose (ou plutôt ça serait très beau s’il n’y avait pas la croix et les clous), aride, ça oui : schiste rouge, relief magnifique (crêtes, gorges, falaises, arbustes chétifs (principalement le Mulga tree, un acacia de son vrai nom Acacia Aneva, et une saloperie de mauvaise herbe au raz du sol dont les graines vous collent aux chaussettes et vous rapent la peau comme de la toile émerie (Mossman River Grass, Cenchrus echinatus)
Côté faune (et folklore) : kangouroux (le kangourou roux, le plus commun parmi les 48 familles, Macropus rufus, surnommé  » the big one », 63 kg pour 2m40 de hauteur en moyenne, un beau gabarit, heureusement très craintif), pleins de zoziaux et un superbe serpent près un point d’eau.

Je vais faire court pour la suite. J’adore l’effort physique, mais je déteste la souffrance. Je la tolère seulement si c’est un faible prix à payer au plaisir de l’effort. Là, il a plutôt failli payer cash en souffrance. Not my cup of tea.. Les 62 km ressemblèrent un peu à la séquence du km 35 au km 37 d’un marathon passée en boucle. Si si, c’est possible… quand il n’y a pas le choix !

Et je ne m’en vante pas, croyez-moi.
D’une part parce que le « je l’ai fait » n’a jamais été une motivation suffisante.

D’autre part parce que je n’ai pu jouir de la grande vertu de la marche qui est de laisser l’esprit vaquer à ses occupations. Se libérer des tensions du dedans, du mouvement brownien des pensées parasites pour devenir pur esprit (AOUM !)..
La, j’étais non seulement polarisé sur les « indicateurs médicaux » annonçant d’éventuels coups de chaleur (testé au Maroc), céphalée ophtalmique (une saloperie : en Inde) ou déshydratation (dans le Cantal, une erreur de jeunesse).
Mais j’étais surtout focalisé sur les kilomètres à abattre (j’ai de nouveau doublé l’étape suivante le lendemain en profitant d’un temps nuageux). Comme un compétiteur à la con ! Croyez-vous que Le Cam et Riou prennent plaisir à naviguer en ce moment ? Moi pas. Mon obsession était de m’en sortir. Et au plus vite. Je passais mon temps à mobiliser toutes mes forces mentales et physiques pour progresser.
Pitoyable et surtout vain ! .
Parce que croyez-moi (voilà que je parle comme un prêcheur. Cette expérience de l’extrême me pousse telle au mysticisme ?), même Rousseau (pas le Lavallois) n’auraient pas eu ses hautes pensées sur le Larapinta trail. Comme moi, Rousseau se serait dit : « t’es vraiment trop con, maintenant, tu t’en sors comme tu peux. » C’est flatteur, me direz-vous de penser comme Rousseau aurait pensé dans le même contexte. Tiens, on va mettre ça au crédit de cette marche.

Ensuite parce que je n’avais pas de marge de sécurité au plan physique. Il faut bien l’admettre. J’ai approché mes limites (dépassé ?) et c’est vexant. Et le chemin, soi-disant très pratiqué (en réalité l’hiver) ne voyait qu’un marcheur tous les 4 jours (les cahiers des Rangers, à remplir à chaque étape le montraient). Une entorse ou un coup de chaleur et on retrouvait un rossignol rôti.

Côté stigmates (clous, croix, stigmates), ceux des pieds bien sûr : méga-ampoules qui me font marcher comme un canard (ce disgracieux confrère volatile, quelle honte !), hématomes aux hanches, allergies à l’épaule avec le frottement du sac et quelques kilos envolés.

Par contre, le pénitent, après son Golgotha a son jardin d’Eden (ma culture religieuse est limitée, j’ai un doute là-dessus) : le Coca du km 65 était bon comme un Dont Pérignon 63 (oui, j’avais perdu ma capacité de discernement) et l’eau de la mini-piscine de l’hôtel douce comme les bains de lait de Cléopâtre.
Mais bon, on peut se contenter du Coca normalement dégueu et d’une piscine tout ce qu’il y a de municipal.

Bref, tout ça pour vous confirmer que l’écosystème du désert australien est totalement hostile a l’homme blanc. . Coup de chapeau aux aborigènes !
Si vous en doutez, épargnez-vous le test. J’ai donné. Vous n’en doutez pas ? Vous êtes donc sain d’esprit.

Figurez-vous qu’hier, tout juste de retour de la rando, j’ai failli réserver un tour organisé de trois jours avec un groupe de 21 djeunes pour aller visiter Ayers Rocks. Sûrement une autre séquelle. Envie d’être pris en charge, dorloté, infantilisé (ou du moins adolescentisé).
Puis je me suis souvenu de mon mandat d’administrateur à Cap vers et fais machine arrière.
Voyageur indépendant un jour, Voyageur indépendant toujours. .

A plus pour des nouvelles fraîches,
Sylvain

Pas de commentaire

No comments yet.

Leave a comment