La Tanzanie par Alain

Posted: under La Tanzanie.
Tags: , , ,

sac d'Alain

sac d'Alain

<<<<<<< Mon compagnon de voyage, dans notre chambre Bonjour, 1) 32 degrés et atmosphère très humide, me voilà enfin arrivé !

Après avoir vérifié dix fois le contenu de mon sac à dos et m’être demandé comment réduire son poids sans négliger la moustiquaire, la trousse a pharmacie et les petits accessoires, me voici parti : 6 heures d`avion pour Paris / Dubaï (a vos atlas!), suivies d’une nuit dans l`aéroport de Dubaï et à nouveau 7 heures de vol pour Dubaï / Nairobi (escale) / Dar es Salam.

Me voilà enfin arrivé dans la capitale économique de la Tanzanie !
Il fait 32 degrés, et l`atmosphère très humide rend tout déplacement épuisant !

Nous sommes dimanche matin, les rues ne sont pas très encombrées mais ça ressemble plus à l`Afrique de l’Ouest que je ne l’imaginais, avec toute l`activité qui se déroule dans la rue : garagistes qui bricolent les voitures désossées, petits vendeurs ambulants, marché aux poissons avec ses odeurs, couturiers travaillent dans la rue et une foule de gens qui restent assis toute la journée.

Je prends le temps de rencontrer d`autres voyageurs pour m`informer et décider de ma prochaine destination par rapport à mes objectifs :
– étudier les conséquences du tourisme « safaris  » sur les populations et la nature,
– rencontrer les habitants et découvrir la faune et la flore.

A bientôt pour les prochaines nouvelles.
Alain

2) Sur les pentes du Kilimandjaro

pantalon-alain

pantalon-alain

<<<<<<< "Il va pas s'en aller avec l'appareil, non ? Bon, je détache la ceinture du sac à dos. Préparation pour le 100 mètres" De Dar Es Salam à Moshi nous traversons des villages plutôt pauvres aux habitations très rudimentaires. De chaque côté des rues en terre rouge, des baraques en briques de la même terre et aux toits de tôle. A chaque arrêt de bus, nous avons droit a l`émeute des petits vendeurs ambulants et des colporteurs en tous genres (arachides, bananes, accessoires.) Je suis maintenant dans la région de Moshi au pied du Kilimandjaro. Depuis la vallée, on peut voir la neige du plus haut sommet de l`Afrique (5896 mètres). Sur les pentes du Kilimandjaro, les paysans cultivent des fruits et légumes mais surtout du café qui sera exporté. Dans l`usine de conditionnement du café pas moins de 300 femmes trient les grains, assises par terre dans un immense hangar surchauffé. Elles sont payées au sac de café trié : 1.5 euro l'énorme sac ! Autant dire que le niveau de vie très bas contraste terriblement avec le pouvoir d`achat des touristes de luxe qui dépensent des centaines de dollars par jour et par personne pour être hébergés dans des lodges de luxe et partir en safaris. Dans ces régions touristiques, le voyageur indépendant est quant à lui confronté aux incessantes sollicitations pour des excursions safaris ou l`ascension du Kilimandjaro, sans compter les voleurs qui veulent gagner des dollars facilement. J`ai malheureusement eu l`occasion d`avoir à faire à eux et j`ai du débourser pour que rien ne m`arrive. Le tourisme des safaris rapporte beaucoup d`argent mais profite peu a la population locale. Il aurait surtout tendance à développer la délinquance. Hier, j`ai eu l`occasion de randonner dans les pentes du Kilimandjaro entre 2000 et 3000 mètres d`altitude avec un guide et deux autres touristes. C`était très agréable de quitter la vallée chaude et l`agitation des villages. J`ai pu apercevoir une petite colonie de singes noir et blanc et entendu de nombreux oiseaux en attendant de partir vers les grandes réserves naturelles. A bientôt pour d`autres nouvelles de la brousse. Alain [caption id="attachment_73" align="alignleft" width="300" caption="Jumbo zebre"]Jumbo zebre[/caption]3) Les petits producteurs de café du Kilimandjaro : un commerce pas équitable !

Sur les pentes du Kilimandjaro, les arbres fruitiers font de l’ombre aux chemins reliant les différentes exploitations. C`est très agréable compte tenu de la chaleur toujours aussi étouffante.
Il n’est pas facile, dans un premier temps, de localiser toutes les plantations car dans un champ se côtoient caféiers, manguiers, maïs, bananiers et divers légumes.

En parcourant les sentiers, nous faisons connaissance avec Deobab et toute sa famille.
Le père de Deobab, comme ses voisins, vit difficilement de son hectare de terre. Il vend le café de moins en moins cher (50 centimes d`euro le kilo aujourd’hui).

J`ai pu suivre la chaîne de production du café depuis le petit producteur jusqu’avant l’exportation en passant par les petites coopératives et l’usine de conditionnement.
Une observation qui motive encore plus pour acheter du café issu du commerce équitable
garantissant un prix d`achat  » pas trop bas » !

L’école primaire de Deobab est située au milieu des plantations de café dans un décor tout à fait exotique au pied d’une forêt tropicale où s’écoulent des torrents dans les vallées encaissées. Les enfants sont 50 à 60 par classe et les revenus des parents si faibles que les enseignants ont du mal a récolter les 8 euros par an pour les repas du midi.

En attendant, je récupère d`une indigestion alimentaire avant de poursuivre vers Arusha et les grands parcs nationaux.

Jumbo !
Alain

4) La Tanzanie sauvage

jeep

jeep

<<<<< Sophie et son grand cou, nue, dans le soleil couchant Pour découvrir les grands parcs nationaux du Nord du pays, vous avez le choix entre le survol en montgolfière (500 euros les 2 heures), l'hébergement dans des lodges de luxe (jusqu`a 1000 euros la nuit) ou bien le camping-safaris au milieu de la savane sous le regard des girafes. A vous de deviner quelle formule j`ai choisi ? En tout cas, quels que soient les moyens, la faune est toujours présente dans cet immense écosystème protégé de 25 000 km2. Côté mammifères : On peut surprendre aussi bien un troupeau d`éléphants, de buffles, de gnoux. Les lions, léopards, hyènes et autres prédateurs ont suffisamment de proies pour satisfaire leur appétit sans s`attaquer aux 4x4 remplis de chairs blanches! Plus d`un million de Gnous, zèbres et autres antilopes migrent régulièrement vers les zones herbeuses les plus vertes : Spectacle impressionnant ! Côté piafs : guide en main, j`ai pu identifier et photographier des dizaines d`espèces que je n`avais jamais vues auparavant. Saviez vous que le plus gros oiseau volant vit en Tanzanie ? Et sans compter le marabou, cet oiseau plutôt laid qui fait 1,5 m de haut ! On rencontre de magnifiques espèces comme la grue couronnée dans des paysages magnifiques. Des vastes plaines de savane arborées d`acacias s'étendent à perte de vue dans le Serengeti. Le fameux cratère du Ngoron goro, large de 20km de diamètre et culminant à 2200 mètres d`altitude abrite une véritable arche de Noé dans la caldera. Après cette immersion totale au milieu de la faune africaine, je passe quelques temps dans les assos locales oeuvrant pour la conservation des milieux naturels. Tout un programme ! Ensuite, je poursuivrai vers Zanzibar "l`île aux épices" Alain 5) ZANZIBAR

plongeon

plongeon

2h00 de Sea bus express séparent Dar es Salam de l’île de Zanzibar dans l’océan Indien.
C’est aussi l’impression de changer de pays en arrivant à Stone Town (la capitale) avec ses maisons aux massives portes sculptées en bois si réputées . C’est un plaisir de se perdre dans un labyrinthe de petites ruelles animées où les sonnettes des vélos remplacent les coups de klaxons ininterrompus de Dar es Salam (qui pourtant signifie « un havre de paix » entre parenthèses).

Il ne reste qu’un mémorial de la tragique époque de l’esclavage où chaque année des dizaines de milliers de noirs enchaînés étaient vendus au marché aux esclaves de Zanzibar. Ce marché fournissait de la main d’œuvre à « très bon marché » pour les pays d’Europe et d’ailleurs…
Le commerce des épices autrefois si florissant se maintient doucement et il permet surtout de proposer des excursions aux nombreux touristes du monde entier.

Après une piste poussiéreuse empruntée en Dalla Dalla, ces camions bâchés qui servent de transports collectifs sur l’île, j’ai pu profiter de la découverte des fonds sous marins en plongeant dans les magnifiques Atolls. Ces récifs de coraux si poissonneux sont accessibles en boutres, les fameuses embarcations traditionnelles à la voile encore très utilisées par les pêcheurs locaux…

Des menaces pèsent sur les îles de Zanzibar avec une population galopante, l’obstination de certains locaux à prélever du corail pour le revêtement des façades de leur habitation ou bien encore les touristes gros consommateurs d’eau douce et adeptes d’hôtels de luxe construits à la place des villages de pêcheurs traditionnels …

En espérant que les organisations environnementales que j’ai pu rencontrer auront suffisamment de pouvoir pour limiter les dégâts et préserver ces îles de charme aux plages paradisiaques sous les cocotiers !

A bientôt

Alain

Comments (0) Avr 27 2004

Alain interviewé par Sylvain au retour de Tanzanie (1ère partie)

Posted: under La Tanzanie.

Alain interviewé par Sylvain à son retour.

éléphants

éléphants

Alain, tout juste revenu de Tanzanie, a réservé en exclusivité une interview fleuve pour le site de Cap vers.
Que l’on vous prévienne : rien n’était vraiment prévu.

Cela a commencé par un : « Alors, la Tanzanie, Alain ? ». Puis l’idée est venue d’enregistrer cette conversation, afin d’éviter à Alain des redites.

Vous voilà prévenus : l’entretien n’est pas des plus structurés. Mais ceux qui s’aventureront à poser des questions à Alain sur son périple auront eu la bonne idée de le lire préalablement !

Pour vous repérer dans sa lecture, 6 chapitres :

1) Mon projet initial : qu’il est beau !
2) Bienvenue en Tanzanie : Le guet-apens !
3) Bon, je revois mes plans
4) Le Kilimandjaro et la filière du café équitable
5) Mon safari et l’impact du tourisme-safari sur les populations locales
6) Ce que je retiens du voyage…

Nous – le Président et son vice -, voilà vautrés autour d’un paquet de Petit écolier équitable : 18 biscuits, 9 chacun.
Une révélation dans cet entretien. Alain nous indique l’antidote au blues du retour : passer un voyage…contrasté !

1) Mon projet initial : qu’il est beau !

Sylvain : Alain, peux-tu nous rappeler le projet de ton voyage ?

Je pars toujours en essayant de développer un ou plusieurs thèmes. Pour ce voyage, j’en avais trois.
Tout d’abord, la faune africaine et les conséquences du tourisme-safari sur l’environnement et sur les populations locales.
Le second était le tourisme équitable. Juste avant mon départ, je suis passé à Artisans du monde (un bon point pour notre Président) et j’ai repéré du café qui provenait de Tanzanie. J’ai décidé d’aller voir les producteurs locaux et de suivre la filière.
Le troisième était l’échange, au fil de mon périple, avec des classes de primaires en Mayenne. L’une d’elles a un projet pédagogique sur plusieurs années concernant l’Afrique, notamment sur le système scolaire. J’ai communiqué avec elles par internet. Les enfants me posaient des questions auxquelles je répondais.

Tu es parti quand et pour combien de temps ?

Je suis parti le 15 janvier, pour un mois et demi en tout, pour la Tanzanie, mais pas seulement. J’avais aussi le projet d’aller au Malawi dont on m’avait dit qu’il était plus traditionnel, moins orienté vers le tourisme de luxe que la Tanzanie. En plus, Servane [une adhérente de Cap vers qui viendra présenter son diaporama le 3 avril sur son long voyage en solo en Afrique de l’Est] m’avait donné des photos que je devais transmettre à une école au Malawi.

2) Bienvenue en Tanzanie : Le guet-apens !

On ne va pas reprendre toute la chronologie du voyage puisqu’on peut la retrouver sur le site de Cap vers (merci Christian, on ne le dira jamais assez), mais raconte-nous ton arrivée à Dar es Salam, puisqu’elle a conditionné le reste de ton voyage, d’après ce qu’on a pu comprendre à demi-mots dans tes messages.

Je n’avais quasiment pas dormi la nuit précédant mon arrivée, à cause d’une escale à Dubaï, passée à l’aéroport, sans chambre d’hôtel. Dar es Salam, ça veut dire « havre de paix ». J’arrivai vers 14h. L’aéroport était petit. J’ai changé du fric et j’ai pensé prendre un dala dala, les mini-bus en commun et finalement, j’ai assuré le coup en prenant un taxi jusqu’à l’hôtel. Ma première vision a été bonne : rues grouillantes, pleines de vie, des bagnoles désossées dans la rue, des bouibouis…

J’avais envie de me balader après toutes ces heures d’avion. J’ai déposé mon sac et dès que je suis sorti de l’hôtel, des Tanzaniens sont venus discuter avec moi. Au bout d’un moment, j’ai eu envie d’aller me balader seul, mais il y a un gars, James, qui m’a accompagné et qui a commencé à me parler de sa région natale dans le Nord et de son enfance. La discussion avec James était intéressante et amicale. Nous sommes allés sur le bord de la mer, on a pris une bière. Vers 19 h, j’ai voulu rentrer à l’hôtel. Il m’a conseillé de prendre un taxi avec lui jusqu’à l’hôtel, même s’il était proche, parce que les quartiers n’étaient pas très sûrs, selon lui. Il a marchandé la course pour pas cher. Je monte derrière, lui devant. Au premier feu tricolore, la bagnole a des problèmes techniques, on se retrouve dans une zone ombragée, la voiture tombe en panne, le chauffeur commence à bricoler et James sort un pétard. Il m’en propose en disant « la cigarette de Bob Marley ». Je refuse (bien joué Alain, vous le comprendrez plus tard). Il me propose plusieurs fois la cigarette de Bob Marley. Je dis non. Et là, deux types débarquent, prennent sa cigarette et disent « Marijuana, nous sommes de la répression des drogues ». Ils sortent James de la bagnole et le tabassent dans la rue, le fracassent. Je commence à vouloir sortir, un flic me coince dans la voiture. Les deux soit- disant flics étaient hyper nerveux, impressionnants : « le chauffeur de taxi, vous et James êtes tous responsables. » Ils refoutent James dans la voiture qui était recroquevillé en train de sangloter, complètement paniqué. « Lui, il risque 7 ans de prison, vous aussi, on va maintenant au poste ». C’est là que je commence à voir défiler le film « Midnight express » La voiture redémarre [tien tien !!].

On roule, on quitte la ville. Ils s’énervent toujours autant. « De toute façon, on va au commissariat, c’est le week-end, vous resterez 2 jours en cellule et après la justice dira votre peine. » [on n’est pas passés loin du comité de soutien, les gars !]

Sylvain : Tu as dû leur sortir le grand jeu, j’imagine : je suis citoyen français, l’État de droit, la convention de Genève, je suis le petit-fils du Général de Gaule, etc.

Oui, je leur ai dit que je n’avais rien à voir là dedans, mais ils mettaient la pression. Et là, ils me proposent : « on peut s’arranger : si vous nous donnez 1000 $, on vous libère. » Je refuse « C’est lamentable, on vient faire du tourisme et je me fais alpaguer par des flics » [l’argument ne porte pas. Visiblement, les gars n’étaient pas du Ministère du tourisme]. On roulait toujours, ça a duré une demi-heure. Je leur ai demandé de me ramener à l’hôtel. Et aussi de me montrer des documents prouvant qu’ils étaient de la police. « Vous ne nous croyez pas ! », ils s’énervaient et de temps en temps, ils frappaient James [la preuve de leur qualité de policier ?] pour faire monter la pression dans la bagnole. Et le chauffeur s’en mêlait : « C’est dangereux, mieux vaut donner de l’argent ». James : « Arrêtez la voiture, arrêtez la voiture ». On continuait de rouler. J’ai dit que je n’avais pas beaucoup de fric. Leur réponse : « On va au distributeur ». Et j’ai commencé à donner, mais petit à petit. Ça les énervait. Jusqu’à 150 $. Ils voulaient toujours plus.

Tu t’en es bien sorti, non ? Si c’était à refaire, tu t’y prendrais comment ? De la même manière?

On m’a dit que j’ai eu raison. En donnant petit à petit, ils stressaient eux aussi. Ils voulaient se débarrasser de moi. Ils m’ont lâché près de l’hôtel en disant « si vous le dites à quelqu’un, ça ira très mal pour vous. Que personne ne le sache ! »

Si je n’avais pas donné, ils m’auraient complètement dévalisé. On m’a raconté après que cette histoire était courante. A priori c’était un coup monté. Les quatre étaient de mèche dès le début, y compris James [Pauvre James : quelles conditions de travail !]. Selon toutes les personnes que j’ai rencontrées, si je n’avais pas donné du fric, cela aurait pu plus mal finir : complètement dépouillé plus loin, dans une zone à l’écart. Bien sûr, je ne l’ai jamais revu, le James.
J’ai appris qu’une autre technique classique est de glisser un petit sachet de marijuana dans une poche de ton sac à dos ou de ton pantalon dans la rue et ensuite, le même manège.

Et cette violence, tu crois que c’est une violence généralisée à la société ou tournée vers le tourisme ?

Je crois que c’est surtout dû au tourisme de luxe. Les voyageurs indépendants sont victimes d’une frustration des Tanzaniens que l’on peut comprendre : ils voient des touristes de luxe qui dépensent en quelques jours leur salaire annuel. Et ils font l’amalgame entre touristes de luxe et touristes indépendants. Ils connaissent les tarifs des voyages organisés. Ils me disaient « ce lodge, c’est 300 $ la nuit ».

Quel est le salaire moyen ?

Je connais le salaire de personnes que j’ai rencontrées : 100 $ par mois pour des gens diplômés, niveau bac ou licence, 150 pour un ingénieur. Le plus souvent autour de 50 $. Une journée de safari, c’est 100 $ sur place minimum. J’étais gêné de dire que j’avais passé 5 journées de safari à 100 $ la journée.

3) Bon, je revois mes plans

Tu es resté combien de temps à Dar es Salam, le « havre de paix » ?
Cinq jours.

Il y avait des choses à voir ?

Non, mais j’ai revu mes plans. J’avais le projet d’aller vers Arusha au Nord, mais les échos n’étaient pas bons : plus risqué que Dar es Salam ! Je n’avais pas envie de repartir immédiatement tout seul sans recueillir d’infos avant. J’hésitais même à rentrer directement en France.

C’est donc dès le début que tu as décidé de raccourcir ton voyage ?

Oui, je suis resté longtemps à Dar es Salam parce que je ne savais pas ce que j’allais faire. J’hésitais. Et j’ai changé mon billet.

Mais pourquoi raccourcir de 15 jours, plutôt qu’une semaine ou 3 semaines ? Comment as-tu fait ton choix ?
J’hésitais. Je suis allé à l’agence Emirates. Ils avaient toutes les disponibilités. Même pour le lendemain.

Revenir le lendemain. La honte pour le Président de Cap vers ! [rires]

Oui, mais je me suis dit que j’allais moins oser sortir des sentiers battus, aller dans les petits villages comme je l’avais prévu au départ. Et je ne voulais pas non plus m’obliger à rester pour rester. J’ai mis du temps à me décider et j’ai opté pour un compromis : je reste 4 semaines en me raccrochant à mes objectifs : l’étude de l’impact des safaris, le suivi de la filière du café, la correspondance avec les écoles. Et j’assure en restant dans les sentiers battus. [Le Gillot dans un habitat étranger : le sentier battu !]

Et l’ambassade, elle t’a aidé?

J’y suis allé pour témoigner. J’étais content quand même d’exprimer ça en français. J’ai été bien reçu. Par le consul. Ils ont photocopié mon passeport : « si on vous vole, vous nous appelez. Et ils m’ont donné leur numéro » ! Ca fait drôle, tu pars en voyage, et tu te retrouves en France, avec un flic en uniforme.

Et t’as fait des photos à Dar es Salam ?

Pas une la première semaine ! Je ne voulais pas sortir mon appareil. C’est fou, je voyais les touristes-safaris avec le caméscope en bandoulière, des Américains qui ne se méfiaient pas.
On m’a raconté que si on voulait des appareils photos pour trois fois rien, il suffisait d’aller dans les villages Massaï.

Ca ne t’a pas tenté ? [rires]

¤jrelzajurio’ji,jioioezu [problème d’enregistrement]
Mais on m’a dit qu’il y a des touristes qui les oublient, dans les parcs. Ils les posent et ils oublient.
[re-rires]

4) Le Kilimandjaro et la filière du café équitable

Donc, ensuite, tu es allé directement vers le Kilimandjaro
Oui, sans cette histoire, j’y serais allé par étapes, en m’arrêtant dans des villages. Mais j’ai préféré chercher d’autres voyageurs pour faire le voyage ensemble. Je n’en ai pas trouvé, donc j’y suis allé directement, en bus, sans m’arrêter.

Quels paysages, quel habitat ?

Il y a une petite chaîne de montagnes dans le Nord Est, sinon c’est la plaine, plutôt poussiéreuse. J’ai été surpris par les villages qui sont restés très traditionnels, assez pauvres alors qu’on m’avait dit que la Tanzanie était assez occidentalisée.

Alors, ton arrivée à Moshi, au pied du Kilimandjaro?

Moshi, c’est une grosse bourgade . avec quelques rabatteurs, « What do you need », « Can I help you ? ». Très serviables les Tanzaniens ! Mais pas de problèmes.

La randonnée sur la montagne que tu as racontée dans ton message (sur le site) avait l’air très bien.

Oui, très bien. Je l’ai faite avec un guide et deux Danoises à 50 $ la journée. Mais après coup, j’aurais pu la faire tout seul. Mais je ne l’ai pas senti, à ce moment là.

Tu étais venu dans la région du Kilimandjaro pour la montagne mais aussi pour suivre la filière du commerce équitable. Comment t’y es-tu pris ? Avais-tu des contacts et des adresses par Artisans du monde?

Non, seulement le nom de la coopérative, qui s’est révélée être une grosse coopérative, et la Région : Moshi au pied du Kilimandjaro.

Ça commençait comme une petite enquête?

Oui, dès que je suis arrivé à Dar es Salam, j’ai commencé à questionner les gens. Bizarrement, quand je posais des questions ou quand je demandais à interviewer les gens, on me demandait si j’avais un courrier officiel. Ils veulent savoir qui tu es, d’où tu viens et surtout pour quel organisme tu travailles. Quand je disais que j’étais voyageur indépendant, ça étonnait.

Tu crois qu’avec un courrier Cap vers [Nb :l’asso mondialement connue], ça aurait été plus facile ?

Oui, je pense. Sans courrier, il fallu que je discute plus longuement pour convaincre de ma démarche, notamment auprès des producteurs de café : recueillir des témoignages sur la filière du commerce équitable pour encourager ensuite l’achat équitable.

Donc, comment as-tu établi le premier contact ?

J’ai fait réparer mon pantalon par une couturière à Moshi, celle qui est sur la photo mise en ligne sur le site [encore un bon point « développement durable ». Favoriser l’artisanat local, et particulièrement celui des femmes!]. Le lendemain, j’ai rencontré son frère, Déodat. On a sympathisé. Je lui ai parlé de mon projet sur le café. Son père était planteur de café [c’est louche, ça !!] à 1h30 en dala dala. Là, j’ai eu un autre contact avec les gens. Je suis allé dans son village natal, j’ai visité l’école, nous sommes allés chez ses parents qui tenaient une toute petite ferme : une vache, cinq ou six poules, trois chèvres, un demi hectare de terrain. On a rendu visite à tous les voisins.

Je suis resté huit jours et j’aurais même pu prolonger mon observation de la filière. J’ai appris juste avant mon départ qu’il y avait une usine de torréfaction dans la région alors qu’on m’avait assuré que la torréfaction se faisait exclusivement en Europe. Tout le café est exporté à l’état brut, sous forme de grains blancs. Cette usine torréfie uniquement le café pour la production nationale. [ça sent le diaporama pédagogique, ça !]

C’était du café de la filière équitable ?

Ils le vendent à la grosse coopérative dont j’avais eu le nom à Artisans du monde. Environ 10% de la totalité de la production est vendu sous l’étiquette commerce équitable.

Mais ces 10%, selon toi, ils obéissent aux règles du commerce équitable ?

Oui, c’était véritablement une coopérative dont les administrateurs sont les cultivateurs. La vente sous le label permet de vendre plus cher et de garantir un prix d’achat plus élevé aux cultivateurs. Mais cela aide un tout petit peu. Car les bénéfices supplémentaires tirés de la vente sous le label du commerce équitable sont répartis sur l’ensemble des milliers de coopérateurs.
Les coopératives aimeraient développer le commerce équitable pour garantir un meilleur prix d’achat.

Qu’as-tu observé de la filière du café ?

Les producteurs, l’usine de conditionnement, la coopérative. J’ai notamment rencontré un ingénieur, très accueillant qui était très disponible pour me fournir des informations.

Comments (0) Fév 27 2004

Alain interviewé par Sylvain au retour de Tanzanie (2 ème partie)

Posted: under La Tanzanie.

5) Mon safari et l’impact du tourisme-safari sur les populations locales

Ensuite, tu as prolongé vers l’Est, la région des parcs naturels.

J’ai rejoint Arusha qui constitue la base de départ de tous les safaris de la région Nord, les plus populaires. Au départ, je pensais plutôt faire des safaris au Sud qui sont moins courus, mais ils sont moins accessibles et donc plus chers.
On m’avait prévenu : Arusha, c’est la ville LA pire de Tanzanie pour la délinquance, à cause de la concentration de touristes de luxe.

Alors, ces cinq jours de Safari ?

Une très belle expérience. Je suis parti avec 2 Norvégiens et un Anglais.

Tes compagnons de voyages étaient des connaisseurs, comme toi ?

Pas vraiment. Ils recherchaient plutôt le lion ou l’éléphant, le spectaculaire. Les « big five » comme on dit là bas : lion, éléphant, rhinocéros, léopard et buffle

Et les guides ?

Un peu déçu. Au début, j’ai recherché en vain un guide vraiment naturaliste. L’agence avec laquelle je suis parti m’a affirmé que les guides étaient spécialisés, ce qui n’était pas vraiment le cas : ils savaient reconnaître les espèces, mais ne connaissaient pas grand chose sur l’habitat, le comportement des animaux.

Tu as vu beaucoup d’animaux ? Tu crois que tu as fait des bonnes photos ?

Oui, tous les grands mammifères et beaucoup d’oiseaux que je ne connaissais pas. J’ai fait une pelloche par jour. Je pense avoir de bonnes photos, des gros plans, avec mon objectif 300 mm.

[pause petit Lu au chocolat, sous le coup de la déception. Une carte postale !]

Camping sous la tente ?

Oui. Le soir, on se retrouve à plusieurs jeeps entre campeurs. L’ambiance était décontractée, ça faisait du bien. Les voyageurs étaient tous emballés par la Tanzanie, en voyageant exclusivement de manière protégée en 4×4, en voyant des paysages qui défilent comme au cinéma.

Concernant ton projet de comprendre l’impact du tourisme-safaris, comment t’y es-tu pris ?

J’ai interviewé les responsables des parcs nationaux sur la gestion, notamment la lutte contre le braconnage. La politique du pays s’est positionnée différemment de celle du Kenya où le safari est développé depuis longtemps. Au Kenya, c’est du safari démocratisé, beaucoup moins cher, mais cela a entraîné des dégradations. Ils y a trop de pression touristique. Tu peux avoir vingt voitures autour d’un lion. La délinquance aussi s’est accrue : une vingtaine de touristes tués depuis l’ouverture des safaris au Kenya.
L’objectif de la Tanzanie est de faire payer cher pour investir dans des structures haut de gamme : 300 à 1000 $ la nuit avec piscine.

Une piscine, mais avec quelles réserves d’eau ?
Des forages.

A les écouter, ça te semblait crédible cette stratégie de faire payer plus pour protéger la nature ?

Relativement. Comme ils récupèrent beaucoup d’argent, ils recrutent des milliers de rangers pour lutter contre le braconnage. Mais il en reste encore beaucoup : 40 000 animaux tués par an par les braconniers.

A qui profite cette économie du tourisme -safari ?

En grande partie au gouvernement, je pense. Mais ensuite, dans quelle mesure ça profite aux populations locales, c’est difficile à dire. Le gouvernement réinvestit dans des moyens d’accueil luxueux. Il y a 10 ans, les structures hôtelières étaient quasiment inexistantes. La politique du gouvernement est d’augmenter encore plus les tarifs pour sélectionner la clientèle, faire venir des devises et développer les parcs. Il joue sur cet atout avec l’objectif de dépasser largement le Kenya au niveau des recettes touristiques. Le gouvernement a le projet de développer 2 nouveaux parcs.

Quelles conséquences pour la population locale ?

Elle est confrontée à deux difficultés qui se conjuguent.
D’une part, sa population augmente, comme celle des Massaï qui a doublé en 30 ans ce qui conduit les familles à diviser les parcelles et à les réduire de plus en plus.
D’autre part, quand un parc est créé, la population qui vit sur son territoire est déplacée.
On a d’un côté une population qui croît et de l’autre des zones protégées interdites aux habitants qui augmentent, ce qui accroît la pression démographique dans les zones habitables. Or, les nomades ont besoin de grandes étendues pour faire paître leurs troupeaux.
En contrepartie des déplacements, le gouvernement propose d’autres terres et des compensations : vétérinaires, soins, école gratuits. Certains sont intéressés, mais pas tous.
On se retrouve dans un équilibre à trouver entre protection de la population locale, de l’environnement et développement économique.

Sans la création des parcs nationaux, il est certain que des grands mammifères seraient aujourd’hui exterminés par le braconnage. Les rhinocéros notamment. Dans le Nord, il n’en reste que 14, pour 250 il y a une vingtaine d’année. Une corne de rhinocéros est vendue 85 000 euros en Asie, pour ses vertus aphrodisiaques.

As-tu également rencontré des associations de protection de l’environnement non affiliées au gouvernement, des ONG ?

J’ai rencontré plusieurs assos à Dar es Salam et à Arusha. Notamment une importante : African Wild life, c’est un peu la WWF pour l’Afrique de l’Est. Tu retrouves les mêmes profils de personnes qu’en Europe. J’ai eu de très bons contacts avec les militants. J’ai bien discuté avec un botaniste. Ils m’ont donné accès librement à leur centre de documentation et même à leurs bureaux. J’allais potasser dans les bibliothèques ou m’installer dans un bureau. J’avais mes habitudes. Comme si j’allais bosser !

6) Ce que je retiens du voyage…

Qu’est –ce que tu retiens de ton voyage ?

[rires d’Alain]
Le premier jour ?
Oui, quand même !

Quand on t’écoute, ce qui surprend, même si ça peut paraître évident, c’est à quel point le sentiment de sécurité est un préalable à tout. Sans sentiment de sécurité, tu ne peux profiter de rien. C’est d’autant plus frappant que tu as une sacrée expérience du voyage en solo, y compris en Afrique et que tu n’es pas du genre flippé.

C’est vrai, tu redécouvres que la sécurité est essentielle. Au départ, je suis arrivé vraiment confiant ; vigilant et confiant. Si je n’avais pas eu ma mauvaise expérience du premier jour, je n’aurai pas hésité ensuite à prendre les dala dala. Mais ce premier jour a marqué mon voyage.

Et tu crois que ça va changer ta manière de voir le voyage, ou ta manière de voyager ?

Un peu, par rapport à la sécurité. Un moment, j’ai regretté de voyager seul. L’appréhension était partagée par les voyageurs en solo que j’ai rencontrés. Mais peut-être que je me suis focalisé dessus, aussi. Ça n’est pas objectif, forcément. J’ai aussi rencontré des voyageurs qui voyageaient seuls et qui venaient de Nairobi, où c’est pire [décidément, on trouve toujours pire au pire]. A Nairobi, ils ont des flingues. Comparativement, ils trouvaient la Tanzanie plus calme.

[pause tourista]

Tu as regretté de partir seul ?

Au début, mais ensuite, cela a plutôt facilité les choses, pour développer mes projets. Je suis resté huit jours à Moshi pour suivre la filière du café et ça n’aurait pas forcément intéressé un compagnon de voyage.

Donc, tes projets de voyage t’ont bien aidé, non ? Sans eux, tu aurais été un peu désemparé après l’agression du début ?

Oui, c’est sûr. Juste après, je me suis dit : qu’est –ce- que je fous là ? Si c’est pour me faire plumer, ce n’est pas la peine. Je me suis donné un mois pour travailler sur ces projets.

La Tanzanie, un pays que tu ne recommanderais pas à un voyageur indépendant en solo ?

Je ne sais pas. Regarde, Servane, [rappel : son diaporama le 3 avril] elle, a voyagé seule, sans problème. J’ai aussi rencontré des filles qui voyageaient seules.
Il y a également beaucoup de problèmes de palu. J’ai rencontré plusieurs personnes qui l’ont chopé sur place. Notamment un couple d’Anglais dont la fille était à l’hôpital. Une prof de plongée aussi sur Zanzibar. Une Allemande également, complètement « barrée » : « c’est pas facile de voyager seule, surtout avec le palu. Pendant les crises, c’est compliqué. » Je suis resté très strict sur la protection passive : vêtements amples et moustiquaire dès le soir, tous imbibés de répulsif. Je n’ai pas pris de médocs préventifs. Je pense n’avoir eu aucune piqûre.

Mais rassure-moi, tu as le blues du retour ?

Ah, non, pas cette fois [Non ! Alain guéri de la pathologie du voyageur chronique ! Il a trouvé le remède]. On est bien à l’Huisserie. [sourire énigmatique : du lard ou du cochon ?]

Tu n’as pas eu un petit regret quand il a fallu repartir ? L’envie de rester un peu plus longtemps ?

Oui, [Ouf !!] j’ai manqué un peu de temps pour mes projets, mais j’avais déjà dépassé mon budget : plus de 2000 euros au total pour 4 semaines (visas, avions, photos compris). Alors qu’il y aurait eu moyen de vivre pour moins cher si j’étais plus sorti des sentiers battus.

Racket compris ?
Racket compris !

-Fin-

Comments (0) Fév 27 2004